Histoire

Château fort et règne

Un château fort de puissants comtes

Perché au faîte d'une colline dominant la Töss, le château fort est mentionné pour la première fois en 1027. Le nom original "Chuigeburg" (=Kühburg, à savoir Château des vaches) indique un château-refuge. Hartmann von Dillingen prit possession du domaine et du château fort par alliance, les agrandit et se fit appeler Comte de Kybourg, nom du siège. Ce lignage devint la famille noble la plus importante dans la région de l'actuel Plateau suisse, parallèlement aux Habsbourg et aux Savoisiens. Après la mort du dernier Kybourgeois, en 1264, Rodolphe de Habsbourg s'en assura l'héritage. Après son sacre comme roi allemand, les joyaux de l'empire auraient été conservés au Château.

Sceau - Musée du Château de Kybourg

 

Château représentatif des baillis

Les Habsbourg reportèrent ensuite leur intérêt vers l'Est (Carinthie, Basse-Autriche), de sorte qu'au XVe siècle, la Ville de Zurich acquit et pris possession du comté, qu'elle géra sous la forme d'un baillage. Jusqu'à 1798, les baillis furent choisis dans le gotha des citoyens de Zurich pour administrer le château, rendre la justice et recouvrir les créances, pour des mandats de six ans. Avec la réorganisation de 1831, le Kybourg perdit sa fonction d'administration et fut vendu à l'encan. Le compte Sobansky de Pologne finit ses jours ici.

Gravure de Mérian - Musée du Château de Kybourg

►Visite virtuelle de Château Kybourg